L’Incroyable Hulk 142/143

Titres: Suivez le Leader (couverture), Suivez le chef (1e partie) Le temps Perdu (2e partie)
Date de parution : Juin 1983
Prix : $1.25.

Jusque là, Héritage n’avait toujours publié ses comics qu’en noir et blanc. Pour célébrer ce premier numéro en couleur, on nous offre une couverture en jaune pétant à en faire fondre les rétines.

L’histoire :
Avec l’aide des Vengeurs, Hulk se rend dans l’espace dans le but d’envahir la base orbitale du super-méchant hydrocéphale nommé Le Leader afin de l’empêcher de conquérir le monde. En ne respectant aucune des lois de la physique et de la survie dans l’espace, ils finissent par atteindre le vaisseau après avoir cassé la yeule à quelques humanoïdes spongieux en slip.

Ils se font accueillir par Omnivac, un robot habillé en maître d’hôtel, qui est la manifestation physique du cerveau électronique du vaisseau. Le Leader est absent mais il leur a préparé une table avec des assiettes vides et des coupes de vin pleines. Les Vengeurs, forts de leur grande expérience et de leur intelligence stratégique, ne soupçonnent rien et s’assoient à table. Dans une twist que personne n’a jamais vue venir, il se trouve que c’était un piège. Ben oui, la table dissimule une machine à remonter dans le temps et les Vengeurs disparaissent.

Hulk et She-Hulk (sa cousine, membre des Vengeurs) forcent Omnivac à leur révéler les plans du Leader. C’est très simple : Il est parti dans les temps préhistoriques dans le but d’irradier la planète de rayons Gamma afin que l’humanité devienne comme Hulk et lui : Des mutants verts. Et afin de se ne pas avoir les Vengeurs dans les pattes, il les a envoyés à diverses périodes de l’histoire :

  • Le Capitaine América est en France en 1944, revivant une bataille qu’il a déjà menée contre les nazis.
  • Hawkeye et Iron Man sont à Sherwood dans l’Angleterre du 12e siècle, chacun se prenant respectivement pour Robin des Bois et le Duc Noir.
  • Thor est à l’époque des vikings où il se prend pour, ben, Thor à l’époque des vikings.

Finalement, après avoir récupérés les Vengeurs et leur avoir rendus la mémoire, ils arrivent tous à la préhistoire en apparaissant juste devant le Leader (quel hasard) qui met son plan à exécution : Debout au sommet d’un volcan semi-actif, il force Captain Marvel à émettre des rayons gamma et à irradier les alentours. On est loin du plan original décrit par Omnivac quelques pages plus tôt.

Hulk et les Vengeurs attaquent le Leader qui tombe dans la lave en fusion. (On apprendra plus tard qu’il a miraculeusement survécu.) Ils retournent donc dans le présent et les Vengeurs offrent à Hulk de se joindre à l’équipe.

Détails techniques :
La version française du comic des Vengeurs avait quatre ans de retard sur la parution originale américaine, contre quatre mois pour celui de Hulk. Alors si on suit les deux séries en français, on se trouve introduit à des personnages dont on ne connaît rien, telles She-Hulk ainsi que la nouvelle Captain Marvel.

Critique :
En juin 1983 j’avais 14 ans et même à cet âge-là j’étais dérangé par les invraisemblances du scénario. Juste la scène de l’espace dans lequel les Vengeurs attaquent le vaisseau du Leader : Thor parle sans casque dans le vide de l’espace et tout le monde l’entend. Le bouclier du Capitaine América lui revient comme un boomerang malgré le manque d’atmosphère au lieu de s’enfoncer dans l’espace. Cap, la Guêpe, Captain Marvel et Hawkeye qui survivent dans le vide avec rien d’autre qu’un casque à oxygène sans que leur corps ne brûle, gèle ou explose comme une grenouille fumeuse.

Et les voyages dans le temps, parlons-en : Le Capitaine América du présent qui est dans la même bataille que le Capitaine América du passé, et ce sans se croiser lui-même. Les joyeux compagnons de Robin des Bois (ses gai-lurons, en fait) qui prennent Hawkeye pour Robin malgré le fait qu’il ne lui ressemble pas du tout.

Quand on pense que le vrai Robin des Bois est présent dans la bataille et que personne ne se rend compte de rien, les joyeux lurons doivent être myope què’que chose de rare!

Et pour un méchant qui est supposé posséder 8624 fois l’intelligence d’un homme normal, le Leader retourne dans le passé et utilise sa machine pour envoyer les Vengeurs… dans le passé!?  Wow! Si tu ne veux pas qu’ils sabotent tes plans, pourquoi ne pas les avoir expédié au moment du big bang, par exemple? Ou tiens, puisque la machine permet de voyager dans le temps et l’espace, téléportes-les donc au centre du soleil, deux semaines dans le futur. C’est pourtant simple!

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article, publié dans Capitaine América, Comics Héritage, Hulk, Les Vengeurs, Marvel Comics, The 80s, Thor, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Incroyable Hulk 142/143

  1. Ping : L’Incroyable Hulk No.1 | Les samedis comicOrama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s