L’Incroyable Hulk No.1

Titres: Les rages d’un Titan (couverture), La-Haut dans l’Espace, un Titan Rage  (intérieur)
Date de parution : Septembre 1968
Prix : 15¢

Lorsque Héritage a commencé à publier la version française de Hulk, ils étaient déjà huit ans et demi en retard sur la version originale.  On peut donc comprendre pourquoi ils ont choisi de commencer par un numéro plus récent.  Ainsi, The Incredible Hulk #106 paru en juillet 1968 est devenu L’Incroyable Hulk No.1 en septembre de la même année.

Le mois dernier, j’ai affirmé par erreur que Hulk No.142/143 était le premier comic Héritage de Hulk en couleur.  En réalité, le véritable premier, c’est justement le premier, donc celui-ci.

L’histoire commence alors que Betty Ross est bien découragée au volant de sa Buick ’68 en pensant à Bruce Banner et son alter ego Hulk. (Pardon : LE Hulk, comme on l’appelle dans ce comic.) Elle est tellement distraite qu’elle n’entend pas l’avertissement du policier qui, armé d’une mitraillette semi-automatique absolument non-réglementaire, crache une douille en lui parlant.

Et vous savez quoi? Le reste du comic est tellement WTF-esque que je préfère le décrire dans la critique.

Critique :
Oh boy!  Par où commencer?  Tout d’abord, soyons conciliants et ne parlons pas trop de la couleur criarde qui bave partout. Après tout, c’était 1968, et c’était le tout premier comic-book couleur de Héritage.  Passons aussi par-dessus le lettrage à chier, parce qu’à ce moment-là, quasiment personne ne faisait de la BD au Québec, ce qui fait que le métier de lettreur n’existait pas. Il faudra attendre qu’ils engagent le bédéiste Robert Schoolcraft en 1980 pour avoir enfin un lettrage qui commence à ressembler à de la qualité.

Par contre, ne nous gênons pas pour parler du fait qu’ils auraient peut-être dû commencer à traduire Hulk un numéro plus tôt.  Parce que ce numéro 1 nous donne la seconde partie d’une histoire déjà commencée. (Ils nous referont le coup avec Fantastic Four No.1 et L’Étonnant Spider-Man No.1) Le lecteur québécois  se fait donc plonger en plein milieu d’une histoire où se succèdent une foule de personnages déjà établis dans l’univers Marvel, mais qui ne disent rien à quiconque découvrant la série par ce numéro : Betty Ross, Thunderbolt Ross, Glenn Talbot, Nick Fury et S.H.I.E.L.D, Dum Dum Dugan, Gabriel Jones, Rick Jones (aucun lien de parenté), Yuri Brevlov (Homologue russe de Nick Fury, avec sa version russe de l’héliporteur de S.H.I.E.L.D.), sans oublier qu’on mentionne Reed Richards / Monsieur Fantastique qui aurait, au numéro précédent, inventé une machine qui a retransformé Hulk en Banner.  Et, bien entendu, le Missing Link, qui est probablement le plus obscur et le moins remarquable de tous les ennemis que Hulk a pu avoir.

En plus, le scénario est extrêmement décousu :   Missing Link veut se battre contre Hulk, qui n’est plus Hulk, qui redevient Hulk, mais qui reste blessé à la jambe. (Blessé comment? Allez savoir!)

Pendant qu’ils se battent, ils se font enlever  par l’héliporteur de S.H.I.E.L.D…

…qui n’est pas l’héliporteur de S.H.I.E.L.D. mais bien celui du KGB.

Hulk se libère, constate que sa jambe est guérie, fait un trou dans l’héliporteur pour fuir mais constate qu’ils sont maintenant dans l’espace. Le dégât causé par Hulk libère Missing Link. 

Yuri met des bottes magnétiques pour sortir sauver Hulk, mais comme il vient pour l’atteindre, ils se font tirer dessus par un de ses soldats dans une soucoupe volante.  

Missing Link explose comme une bombe atomique, détruisant l’héliporteur. La soucoupe sauve Yuri et Hulk…

… mais dès que Hulk atterrit, la soucoupe lui tire dessus, manque son coup et fait plutôt exploser une maison de campagne.

Dans les décombres, Hulk trouve un enfant d’environs 2 ans, sans égratignure ni traumatisme malgré ce qu’il vient de vivre. Et ça se conclut alors que Yuri se demande s’il doit ou non tirer sur le Hulk.

Le texte, qui est un mélange de traduction merdique, de dialogues clichés et d’expressions québécoises, est couronné par le fait que Héritage n’a pas encore établi un langage hulkien qui lui est propre. Quelques exemples :





Sinon, en couverture en haut à gauche, je trouve que Hulk a l’air de swigner la bacaise sur une toune de Franz Ferdinand.

Détails techniques
La date en couverture des comics américains n’est pas le mois de publication mais bien jusque quand il doit rester en kiosque avant d’être retiré.  C’est un genre de « meilleur avant ».  Les versions françaises de Héritage, par contre, sont notés au mois de parution.

Ce comic marque les premiers pas de Herb Trimpe en tant que dessinateur de Hulk.  Selon le blog Herb Trimpe’s Hulk, Marie Severin et lui ont dessiné ce numéro, qui fut encré par George Tuska. Il est difficile de savoir qui a fait quelles images, mais en sachant qu’il s’agit de ses débuts, je dirais qu’il est safe d’affirmer que cette image-là est de Trimpe, parce qu’elle semble s’inspirer de l’art tarzanesque de Burne Hogarth.

Enfin, selon marvel.wikia.com, ce numéro a eu deux scénariste: Archie Goodwin a écrit les pages 1 à 10, tandis que les suivantes sont de Roy Thomas. C’est probablement la raison pourquoi le scénario est un peu décousu.

Samedi prochain, tant qu’a parler de premiers numéros: L’Étonnant Spider-Man No.1

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Comics Héritage, Hulk. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’Incroyable Hulk No.1

  1. François Bourdages dit :

    Superbe dissertation de ce numéro. Bravo Steve. J’espère que tu vas pouvoir nous divertir très longtemps avec tes billets. Comme je l’ai déjà mentionné, ces comic books étaient la perfection pour les gamins de 8 ou 10 ans. Maintenant, c’est sous une critique plus acerbe et une vision toute autre qui nous les font découvrir. Continue!

    J'aime

  2. salut ,,,j ai bien aimer ce que j ai lu ,,1 er fois que je lis la chronique comicorama ,,et j espere que ce sera pas la derniere fois sans doute ,,,llo…bye….

    J'aime

  3. Ping : L’Étonnant Spider-Man No.1 | Les samedis comicOrama

  4. Vraiment du beau travail Steve, j’espère que ça ne te dérange pas mais je vais afficher tes chroniques sur le groupe suivant : *https://www.facebook.com/groups/376773439031984/*.

    Tu peux aussi te joindre à nous si tu désires afficher ta page sur plusieurs groupes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s