Astérix le Maladroit

Petite relâche des comics Héritage cette semaine afin de jeter un oeil amusé sur un album que nous connaissons tous, Astérix le Gaulois de René Goscinny et Albert Uderzo.

Comme on le devine, lorsqu’une série est à ses débuts, elle est un peu maladroite.  Normal, puisque les auteurs n’ont pas encore trouvé leur style. Par conséquent, lorsque l’on compare les albums récents d’une longue série avec le tout premier, il n’est pas rare d’être surpris par le manque de qualité de ce dernier.  Euh… de ce premier.  Astérix n’échappe pas à cette règle.  En fait, il en est même le parfait exemple.

QuelquesGaulois Bloopers:
La potion magique était-elle congelée, pour que Caligula Minus se demande s’il doit la broyer?
Je me suis longtemps demandé s’il ne s’agissait pas là d’un jeu de mot qui m’échappait avec BReuvage et BRois. Mais j’ai vu que dans des éditions plus récentes, brois est devenu bois, donc que c’était vraiment une erreur.

Caliguli, Caligula, Caliguli, Caligula.
La version gauloise du nom de Caligula Minus ne cesse de changer.

Planches de BD.
Allez, tous en choeur: Je suis un marchand de char Aux caractéristiques bizarres Voyez leurs planches de côté Leur nombre n’arrête pas de changer

Sept planches

Puis cinq

Puis trois

Puis quatre

Et jusque là, les mors des boeufs étaient reliés par une lanière.

…qui se transforme en chaine le lendemain

Oh, la barbe!
Quatre noeuds dans la barbe…

Puis trois…

Et logiquement, si les poils continuent de pousser, les noeuds devraient être maintenant au bout de la barbe et des cheveux, et non encore près de sa tête et son visage.  Eh bien non, ça a l’air que les cheveux de Caius Bonus poussent à partir de leurs extrémités.

Panoramix in Bondage.
Voyez les cordes qui retiennent Panoramix à la poitrine, au ventre et aux jambes.

Poitrine: 4 cordes. Ventre: 2 cordes. Jambes: 2 cordes.

L’image suivante, c’est devenu: Poitrine: 2 cordes. Ventre: 2 cordes. Jambes: 3 cordes

L’image suivante, c’est devenu: Poitrine: 3 cordes. Ventre: 2 cordes.

Plus loin, ça devient: Poitrine: 2 cordes. Ventre: 3 cordes.

Pour se conclure avec: Poitrine: 5 cordes. Ventre: 2 cordes. Jambes: 3 cordes

Enfin, le visage de Jules César change du tout au tout entre la planche 1B et 43B. Il commence avec le nez pointu vers l’horizontale, fort menton, peu de rides.

pour finir avec le nez plat, pointant à la verticale, menton quasi inexistant, triple rides.

Mais ce n’est rien, comparé à la version dessin animé, où il se ressemble le moins, avec ses cheveux de corbeau.  Surtout que, selon les historiens, avant d’être blancs, les cheveux de César étaient roux.

Changement de style.
Un oeil exercé constatera quelque chose de bizarre au sujet de la planche 31 (page 35) car en effet, elle semble quelque peu distincte des autres: Trait de crayon un peu plus fluide, palette de couleur légèrement nuancée, et que dire du lettrage totalement différent. La raison est simple: Cette page n’est pas de Uderzo.  Enfin, oui, mais, non.  Je m’explique: D’après ce que j’ai lu ici, entre le moment où la page est parue dans le magazine Pilote en 1958 et sa mise en album en 1961, elle a bêtement été égarée.  Pour pallier, ils ont pris la page du magazine au lieu de l’original pour faire l’album. Mais avec la technologie des imprimeries de l’époque, la copie d’une copie donna un résultat fort médiocre.  Finalement, en 1967, il fut décidé que la planche sera redessinée. À ce moment-là, la popularité d’Astérix montait en flèche et Albert Uderzo, sollicité de toutes parts, n’avait juste pas le temps de s’en occuper.  C’est donc son frère Marcel Uderzo qui s’y est mis, et c’est sa version à lui que nous avons dans toutes les rééditions de cet album publiées de 1967 à aujourd’hui.

Version originale d’Albert Uderzo

Version redessinée de Marcel Uderzo.

On parlait tout à l’heure de la version animée.  L’album contient une scène qui comporte des implications troublantes qui nous ont échappé lorsque l’on lisait cette BD avec nos yeux d’enfants purs et innocents. Je me suis permis de parodier quelque peu le texte de la scène en question afin de vous montrer de quoi je parle:

Apparemment, la disparition de Caligula Minus à partir de ce point, et ce que ça pourrait vouloir dire, n’a pas échappé à ceux qui en ont fait la version dessin animé. Aussi, bien que la scène de bagarre y est reprise…

De manière plus graphique que dans l’album, d’ailleurs…

…on peut revoir Caligula Minus, de nouveau bien portant et ayant repris du service, un peu plus loin dans le film. D’abord dans cette scène-ci.

Et puis dans celle-là.

C’est probablement pour nous rassurer comme quoi on ne l’a pas exécuté par vendetta, mafia style. (Merci Damien Bourdages pour ce dernier détail)

Pour terminer, cette petite curiosité dont j’ai d’abord entendu parler sur la page Stupid Comics.  En 1963, soit quatre ans après ses débuts dans Pilote, Astérix a été adapté pour un magazine d’Angleterre nommé Valiant.  Et si je dis adapté et non traduit, il y a une raison: Ce n’est plus Astérix le Gaulois, c’est P’tit Fred le Vieux Breton Plein de Courage. Obélix devient Big Ed, Panoramix est Okus Pokus, Caius Bonus est Pompus, et l’anonyme marchand de char reçoit le nom Horace.


Quelque chose vous semble clocher dans cette planche?  Serait-ce l’ajout de texte, comme ces pensées de Little Fred dans les images 7 et 8 qui n’existent pas dans la version originale?  Ou bien la disparition de certaines images à cause de la re-mise en page?  Ou alors vous semble t-il que Marcus Sacapus n’a jamais eu l’expression faciale qu’il arbore dans l’image 9?
Ben vous n’avez rien vu.  Voici une séquence de l’album original:

Et voici la version Little Fred:

Chaque page de Little Fred équivalait à environs une page et demie d’Astérix le Gaulois.  À raison d’une page (tronquée) par semaine, la série dura de l’automne 1963 à l’été 1964.  Aucun autre album d’Astérix ne fut adapté de cette manière.  Éventuellement, suite au succès grandissant d’Astérix, ses albums finirent par connaitre une traduction british beaucoup plus fidèle à l’original.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Astérix le Maladroit

  1. François Bourdages dit :

    Superbe analyse. C’est au-delà d’une simple critique d’une BD, c’est une étude de cas! Excellent texte et recherche!

    J'aime

  2. Tori dit :

    Bel article, avec une étude minutieuse, concernant le nombre de planches, nœuds, cordes, etc.
    Concernant la page redessinée par Marcel Uderzo, il me semble que les versions anglophones utilisent la planche d’Albert (ce qui crée une hétérogénéité dans la qualité des pages).
    En parlant des versions anglophones, un personnage avait été (mal) redessiné : Dans l’album Astérix chez les Helvètes, la mascotte d’Antar est remplacée par un Bibendum plutôt raté…

    J'aime

    • Steve Requin dit :

      Oui, je me rappelle qu’étant enfant, je voyais bien que le garagiste avait une drôle d’allure, chose constatée également par Obélix, mais je ne comprenais pas pourquoi. Antar n’existant pas au Québec.

      J'aime

  3. dgour98 dit :

    Excellent! Quelle recherche, et les détails.. tres professionel. Toujours hate de lire Les Samedi comicOrama!

    J'aime

  4. Ping : Astérix le Breton: Little Fred & Big Ed (part 1) | Les samedis comicOrama

  5. Ping : Astérix le Breton: Little Fred (Part 4) Un mystère résolu? | Les samedis comicOrama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s