Mortadel et Filémon et Bip Bip et le Coyote

Voilà longtemps que nous n’avons pas examiné Les Plagiats de la BD. Ce samedi, nous allons jeter un oeil à l’album Le Roi de la Mafia de la série Mortadel et Filémon, par Francisco Ibanez, dont voici la couverture.

Déjà là, ça commence mal, parce qu’il me semble avoir déjà vu ce crocodile quelque part.  La gueule et la queue sont quelque peu différentes, mais la position des pattes sont identiques.

Ah, bien sûr! Ibanez est reconnu pour avoir plagié Franquin à répétition dans les années 70, époque pré-internet, ce qui lui permettait de s’en tirer à bon compte.

Bref, tiré de cet album, il y a cette scène:







Pour une fois, Ibanez ne s’est pas inspiré de Franquin. Il a plutôt refait la dernière scène de Shot and Bothered, une aventure du Coyote et de Bip Bip le Road Runner, datant de 1966.







Voici l’épisode complet.  Profitez-en avant qu’il disparaisse du net pour cause de violations de droits d’auteur.

Au début des années 2000, j’ai été le premier au Québec à dénoncer les vols d’Ibanez avec ma chronique Les Plagiats de la BD dans les pages de Zine Zag.  Depuis plusieurs pages web ont pris la relève.  Alors au lieu de vous resservir ce qui se trouve maintenant ailleurs, je vais vous donner les deux liens les plus complets sur le sujet:
Le site Lagaffe me Gâte.
La Pagina NO oficial de Mortadelo Y Filemon

En fait, à part pour ce plagiat des Looney Tunes, voici le dernier plagiat Ibanez-Franquin inédit en ma possession.  La première image est tirée du 48e album de El Botones Sacarino, Un Botones Muy Fino, et la seconde de j’sais-plus-trop-quel album de Gaston.

Il faut dire qu’à l’époque de l’Espagne franquiste (aucun rapport avec Franquin) les bandes dessinées étrangères n’étaient pas importées au pays, sauf exception d’Astérix et de Tintin.  Les bédéistes locaux qui travaillaient beaucoup pour pas cher en profitaient donc pour s’alléger la tâche en copiant sans remords les albums européens francophone ignorés du public espagnol.  Ça aidait à respecter les dates de tombée, mais ça donnait parfois d’étranges résultats.  Comme le personnage d’El Botones Sacarino, justement, qui semble être le fils illégitime de Gaston et d’un autre personnage obscur dont le nom m’échappe.

Pour en savoir plus sur les BD espagnoles et le plagiat, je vous recommande de lire l’album autobiographique Les Professionnels de Carlos Gimenez.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mortadel et Filémon et Bip Bip et le Coyote

  1. Ping : Le Groom Show 1: La souricière. | Les samedis comicOrama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s