La ville de Québec chez Marvel et DC.

La ville de Québec est apparue pour la première fois chez Marvel en 1943 sous le crayonné de Syd Shores encré par Vince Alascia.  C’était dans Captain America vol.1 n° 27, à l’époque où Marvel s’appelait encore Timely Comics. Je n’en ai hélas trouvé que cette seule image, sur le net.

Dans ce numéro, le Baron von Hartmann, un espion nazi, s’installe à l’ambassade d’Allemagne située dans la ville de Québec afin de s’emparer des secrets militaires que le Premier Ministre William McKenzie King transmettait aux USA.  Il y parvint, mais quel hasard, Captain America et Bucky étaient justement en vacances à Québec, et ont pu récupérer les documents.  

Toujours chez Marvel, en 1994, la mini-série Northstar explore le passé felquiste-terroriste du personnage titre.

Entre autres, lors de flashback dans lequel il a été impliqué dans un attentat à la bombe qui devait faire sauter le terminus d’autobus de Québec en dehors de ses heures d’affaires.  Cependant, un dernier bus bondé de passager est arrivé en retard et a accidentellement sauté avec le reste. Dans le 3e numéro de cette série, le vilain Arcade, surtout connu pour être un ennemi des X-Men, recréé la scène dans Meurtremonde juste pour le tourmenter.

Cependant, dans le 4e et dernier numéro, sans la moindre explication, sa mémoire change, et maintenant il se souvient qu’en fait, il a sauvé les passagers.


Et c’est d’ailleurs suite à cette quasi-catastrophe qu’il a coupé les ponts avec le FLQ, et qu’il est allé entreprendre une carrière de champion olympique en ski.

En 2012, X-Men vol.3 n° 31 se termine alors qu’un mutant préhistorique géant se dirige vers la ville de Québec.

Aussi, le n° 32 commence alors que Storm tente de dissimuler la ville de la vue du géant en lui faisant subir la pire tempête (non enneigée) du siècle.



 En 1995, dans la série Amazing X-Men vol.1 n° 3, Bishop est capturé par Apocalypse et ses gros méchants du Temple de Madri, situé dans un Québec apparemment médiéval.  Faut croire que le dessinateur a entendu parler du Château Frontenac, et est resté stické sur la notion de château.

Au numéro suivant, de méconnaissables Storm et Quicksilver viennent le libérer.




Évidemment, puisque ça se passe au Québec, il fallait bien donner à ce temple un nom qui sonne local.

Ceci dit, c’est bien la première fois que je vois le mot tabernacle utilisé dans son sens véritable.

Chez DC Comics, le Québec est un pays indépendant depuis (au moins) 1978.
Dans les années 60, DC comics a commencé à se soucier d’un détail que, généralement, les longues séries de BD préfèrent ne pas aborder: La comparaison entre le temps passé dans leur univers fictif, et celui dans notre réalité:  Batman avait-il vraiment 50 ans? Est-ce que ça faisait 30 ans que Superman niaisait Lois Lane?  Et Wonder Woman vous ne trouvez pas qu’elle était vachement bien conservée pour une femme qui a combattu Hitler?  Ils ont donc trouvé la solution: Earth-Two, un univers parallèle dans lequel les héros originaux ont continué de vieillir en temps réel.   Batman et Catwoman sont mariés.  Robin est maintenant adulte.  Superman et Lois Lane sont également mariés.  Wonder Woman et Steve Trevor ont eu une fille, la demie-amazone nommée Fury.  Etc.

Bon, techniquement, puisqu’il s’agit des premiers héros de DC, ça aurait été plus logique d’appeler cet univers Earth-One.  Mais je suppose que DC avait quelques scrupules à l’idée que leur univers officiel s’appelle Earth-Two.

L’une des différences entre cet univers et Earth-One et/ou notre réalité, c’est qu’ici, le Québec est un pays indépendant du Canada.  En automne 1978 dans All Star Comics Presents the legendary Justice Society n° 74, ils présentent la chose comme suit:

« Montréal: Dans notre monde, c’est simplement la plus grande ville du Canada– et une ville déchirée par deux cultures.  Sur Terre-Deux cependant, la situation est quelque peu différente. »

« Ce Montréal est la capitale de Québec, la nation indépendante Canadienne-Française.  Aujourd’hui, les yeux du monde entier sont tournés vers Montréal. »… « Tout comme les yeux de trois membres de la Société de Justice, du sommet du Château Frontenac.  Et tous ces yeux sont rivés sur la Convention Internationale de la femme. » 

Ben oui, ça a l’air que sur Terre-Deux-qui-devrait-logiquement-s’appeler-plutôt-Terre-Un, le Château Frontenac est situé à Montréal.  Un Montréal qui est la capitale du pays, au lieu de la ville de Québec.  Est-ce qu’ils y ont également déménagé le Parlement, coudonc!?

Dans le Québec indépendant, les policiers portent le képi et l’uniforme français.

Avec l’âge, Flash n’a plus sa rapidité d’antan.  Il lui sera donc difficile se sauver l’assemblée, incluant la conférencière, Mademoiselle Milem. (Probablement une version DC de la féministe Gloria Steinem.)  Doctor Fate sauve la situation avec quelques représentants de la faune du Québec, des aigles dorés qui, comme on le sait tous, peuvent peser jusqu’à deux tonnes.  

Huntress sait se battre et est une bonne stratège.  Normal, elle a été entraînée par papa-Batman.  Grâce à ça, on lui accorde l’égalité avec les hommes.  Mais pour les autres femmes, la misogynie reste implacable.

Dans le Québec indépendant, on n’a pas peur de le dire: les féministes sont aussi stupides que fouteuses de bordel.  Vous essayez de changer comment la moitié de la population mondiale va traiter l’autre moitié, et vous ne croyez pas être un mouvement politique à l’échelle internationale? Wow! Fascinant comme vous pouvez être aveugle. 

Oui madame, le monde entre dans un stade critique.  Mais vous n’avez pas besoin de faire l’effort d’essayer de comprendre ça.  Contentez-vous de savoir qu’on a battu les méchants, et qu’on s’en va vite-vite.  Ça, au moins, votre intellect de femme va pouvoir le saisir.

La madame a inventé un traducteur universel.  Mais quand elle l’allume, ça fait le contraire, plus personne ne se comprend.  Voilà ce qui arrive quand on les laisse faire leurs preuves; elles prouvent leurs incompétence.  Et ça veut accéder à la présidence.  Pfff!  Allez, retournez à vos cuisines, et Heil Trump!

Le bilan: 

Représentation de Québec.
Assez inégal.  On reconnait bien l’endroit dans Captain America et dans X-Men.  Dans Northstar, le dessin ne montre que des buildings génériques.  Dans Amazing X-Men, c’est une version fantaisiste de la ville, alors dominée par Apocalypse.  Quant à Justice Society, avec son Château Frontenac situé à Montréal et gardé par des gendarmes français, c’est carrément n’importe quoi. 

Ceci dit, dans cette scène, on reconnait très bien la Terrase Dufferin du Vieux Québec, envahie par les vagues.


Euh… Un instant!  Envahie par les vagues!?  Savez-vous à quelle altitude elle est située, cette terrasse?  Cette image va vous en donner une petite idée.  Voyez ce que cette vague a eue à engloutir, avant de pouvoir se rendre jusque-là.

Avec les milliards de dollars en dommages que Storm a dû causer en inondant le Petit Champlain avec son tsunami, sans parler des centaines de noyés, elle aurait été aussi bien de laisser le géant se rendre en ville. Qui sait, peut-être avait-il juste envie d’un repas au Ciel!, le restaurant tournant situé sur Grande-Allée vers lequel il se dirige, comme on le voit dans cette image.

Clichés de Québec.
La majorité des apparitions de cette ville montrent le Château Frontenac.  Mais bon, étant donné que c’est leur plus grande structure historique, la plus haute placée, la plus visible, ça reste incontournable pour représenter la ville.

Le français parlé et/ou écrit.
Le très connu(?) Hôtel Susene situé dans le Vieux Québec.

LA SEMAINE PROCHAINE: On retourne à Montréal, puisque j’en ai trouvé d’autres depuis la semaine dernière.

____
Et à part de t’ça.
Lorsque je ne suis pas occupé à écrire au sujet des BD des autres, je fais les miennes.  Voyez ma série La Clique Vidéo sur la page Requin Roll, dont voici la planche numéro 5.

Advertisements

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Capitaine América, DC Comics, Le québécois dans la BD internationale, Marvel Comics. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La ville de Québec chez Marvel et DC.

  1. Jean Milette dit :

    ‘jour,
    Toujours aussi intéressant ce dossier. Un jour vous aurez assez de matériel pour un livre.
    Un tuyau : dans les trois derniers albums de Spirou il est question du Québec. Et ce sont trois auteurs différents.
    La colère du marsupilami débute au Québec.
    Fantasio se marie se termine à Montréal.
    Dans La lumière de Bornéo une des personnages est montréalaise.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu me repitches en bas de ma chaise… si ça continue comme ça, je vais être obligé d’enfiler un uniforme de joueur de football avant de consulter ton blogue! 😉

    Aimé par 1 personne

  3. Stéphane dit :

    J’avais mentionné dans un commentaire précédent, des aventures de la série BD « Les Casseurs » alias « Al & Brock » avec les tomes « Big Mama II » et « Match-Poursuite » se déroulant au Québec. Il y a eu quelques pages de « Match-Poursuite » qui a été publiée dans la section BD « La petite Presse » de La Presse (qui en 1988 était publié le dimanche alors que par le passé c’était le samedi) dont on peut lire des extraits en ligne.
    http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2260813
    http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2259786
    http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/2259539

    J'aime

  4. Ping : Captain America et Bucky à Québec | Les samedis comicOrama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s