Capitaine America IV et Bucky III: Les retours.

Dans l’article précédent, on a vu comment le scénariste Steve Engleheart a tenté de réconcilier la disparition du Capitaine America et de Bucky en 1945, avec leurs aventures publiées en 1953-54:  En déterminant que les héros des années 50 n’étaient que des imitateurs.

Mais voilà, il y a juste un petit problème: La série Captain America Comics fut publiée de 1942 à 1949.  Et dès 1946, soit la période d’après guerre, on les voit quitter l’armée, reprendre la vie civile et devenir de simples héros urbains qui combattent des bandits bien ordinaires.  

Dans le numéro 66 publié en avril 1948, Bucky est gravement blessé par arme à feu, par une criminelle nommée Lavender, ce qui l’oblige à prendre sa retraite de la vie de héros costumé.  Cap le remplace donc par son amoureuse du moment, Betsy Ross. (À ne pas confondre avec Betty Ross, l’amoureuse de Hulk, bien que toutes deux furent nommées ainsi en hommage à Elizabeth « Betsy » Ross, qui cousu le tout premier drapeau américain.) Une séquence de montage plus tard, dans lequel on voit Cap l’entraîner, il en fait une héroïne nommée Golden Girl. 

Comment ont-ils pu vivre ces aventures en 1946, ’47, ’48 et ’49, puisqu’ils sont supposés être disparus en 1945?
En 1977, Roy Thomas et Frank Robbins se sont penchés sur la question.  Le résultat: Et si les Envahisseurs étaient restés ensemble après la guerre? , Cette aventure fut publiée dans les pages de What if–!? vol.1 no.4.  

Suite à la disparition de Cap et Bucky, le président Truman ne voulant pas démoraliser les troupes, a demandé à ce que l’on produise des remplaçants.  Voici donc Capitaine America II et Bucky II.

The Spirit of ’76 se faisant tuer plus tard par un androïde, il est aussitôt remplacé par un autre aventurier athlétique costumé, The Patriot, qui reprend le flambeau, le costume, et devient Captain America III.  

Ainsi, les aventures du Capitaine America publiées entre 1945 et 1949 n’auraient pas été vécues par les Capitaine America et Bucky originaux, mais bien par Cap II et Cap III et Bucky II, qui se serait teint les cheveux. 

Bien que What if–!?  soit une série qui se consacre aux réalités alternatives, l’explication a tellement plu aux éditeurs de Marvel que cette histoire est officiellement devenu canon.  Par conséquent, les Capitaine America et Bucky des années 50 ont cessé d’être Bucky II et Cap II, et sont devenus Bucky III et Cap IV.  

Ce nouvel historique nous a été présenté chez Héritage, toujours en 1977, dans Capitaine America et Le Faucon no.74/75.




… incluant le fait que le crâne Rouge des années 50 était lui aussi une imitation.  On y reviendra.  Pour le moment:

Que sont devenus les Capitaine America et Bucky des années 50?

1ère partie: La période Héritage.
1979, Capitaine America no. 90/91.  Sept ans et soixante-quatorze numéros après la dernière apparition des Cap et Bucky des années 50, Le Capitaine America combat La Force Nationale, dont les soldat se suicident si capturés en mettant le feu à leurs costumes.  Leur Grand Directeur se distingue de ses soldats par un masque semi-Wolverine. 

Au numéro 94/95, le Docteur Faustus nous révèle la véritable identité du Grand Directeur: C’est Cap IV.


Pour une raison totalement inexpliquée, alors qu’il était jusque-là un officier aussi autoritaire pour ses subordonnés qu’obéissant envers ses supérieurs, voilà que Le Grand Directeur / Steve Rogers II / Capitaine America IV s’écroule en position foetale après avoir entendu Faustus raconter son origine de Grand Directeur.  

Mais bon, quand on y réfléchit, on peut comprendre.  Cet homme a tout fait pour être comme son idole, le Capitaine América.  Et là, il apprend que Faustus a fait de lui un fasciste et un nazi, soit le total opposé de son idéal.  Y’a de quoi être traumatisé.  Aussi, dès que le vrai Cap arrive…


Bucky III flingué, Cap IV immolé… Voilà qui règle pour de bon le sort de ces copies des années 50.  On a donc fini de les revoir.

Sauf que…  Techniquement, on n’a jamais vu explicitement Bucky III se faire sauter le caisson par Cap IV, n’est-ce pas?  

Le scénariste J.M. DeMatteis y a vu une porte qu’il a promptement ouverte.  Ainsi, dans Capitaine America no.140-141…










Un dernier détail à régler: Qu’un fan et remplaçant de Bucky soit naturellement son sosie, c’est déjà gros comme coïncidence.  Mais que lui aussi se nomme « Bucky » ?  Là, c’est un peu trop!  Aussi…

Et c’est ainsi que Bucky, alias le-Bucky-des-années-50-anciennement-Bucky-II-devenu-rétroactivement-Bucky-III, cessa de s’appeler Bucky et devint officiellement Jack Monroe.  Pour fêter ça, l’Escouade du Serpent capture Cap et se fiche complètement de Jack, l’abandonnant là.

(Ouvrons une parenthèse. Peu après sa première rencontre avec ses copies des années 50, le Capitaine America a combattu l’Empire Secret, dont le chef, Numéro 1, n’était nul autre que le président américain Richard Nixon. Du moins, c’était fortement sous-entendu, histoire de faire référence au Watergate.  C’était dans Capitaine America no.35.

Perdant foi en son pays, Cap devint Le Nomade, l’homme sans    nombril    pays.

Sous cette identité, il battit l’Escouade du Serpent, et apprit à la dure les mauvais côtés de porter une cape.

Éventuellement, Cap redevint Cap.  Plus tard, un acteur à la solde du Crâne Rouge a brièvement repris le nom et le costume de Nomad…

… avant de se faire tuer dans la seconde partie de ce même comic.  Fin de la parenthèse)

Jack Monroe s’en va brailler dans les jupes de Sam Wilson alias Le Faucon, qui l’envoie se faire voir chez Nick Fury.  S.H.I.E.L.D. ayant appris que c’est l’Escouade du Serpent qui a enlevé Cap, Nick propose un truc à Jack: Changer de super-identité, passant de Bucky III à Nomad III.  C’est que, puisque Nomad I a déjà battu l’Escouade du Serpent, prendre cette identité lui apportera un avantage psychologique contre eux lorsqu’il ira sauver Cap.  Bonne idée, tant qu’ils ne remarquent pas que ce Nomad-là est blond comme un corbeau.

La version S.H.I.E.L.D. du costume de Nomad comporte trois modifications majeures.

  • De un, fini le décolleté plongeant jusqu’aux poils de poche.  Maintenant, il évoque vaguement la lettre N.
  • De deux, les boutons de la cape se détachent et peuvent être lancés comme des mini boucliers.
  • De trois, La cape ne lui descend même pas jusqu’aux fesses, la rendant impossible de s’y enfarger.

Fa que ouais, il sauve cap et tout rentre dans l’ordre.

Maintenant que Bucky alias Bucky III est devenu Jack Monroe alias Nomad III, on peut passer à la vraie raison de son retour.  C’est que depuis que Steve Rogers alias Capitaine America a été décongelé en 1964 par les Vengeurs, la série a toujours joué la carte de l’homme d’une autre temps qui se sent un peu perdu et dépassé à notre époque moderne.  Mais voilà, en 1983, ça faisait dix-neuf ans qu’il était revenu.  Continuer serait redondant, et cesser serait dénaturer la série.  La solution: Ramener Jack Monroe.  Ayant été mis en animation suspendue de 1954 à ’72, et recongelé de ’72 à ’83, il pouvait reprendre le flambeau du gars qui est perdu dans le temps.  

La mentalité des années 50 de Jack dans un environnement des années 80, ça n’a malheureusement pas été aussi sympathique pour Jack que la transition des années 40-à-60 l’a été pour Cap.  Par exemple:

Tandis que Cap était une superbe machine de combat capable de tenir tête au Vengeurs alors qu’il était à peine décongelé, Jack est un bien piètre combattant. (Capitaine America No.146/147).

De plus, il tombe amoureux de la première demoiselle en détresse qu’il sauve. (146/147).

Et se fait aisément piéger par elle, puisqu’il ne se doute pas qu’elle puisse être une méchante. (148/149).

Il croit qu’il est OK d’utilise sa force de super-soldat contre des criminels ordinaires. (154/155)

Il considère que pour être un pacifiste, faut être un lâche. (154/155)

Pour, peu de temps après, se faire ramasser solide par ce même lâche. (154/155)

D’ailleurs, il n’arrête pas de se faire ramasser, malgré sa super-force.  Même par des vilains de second ordre comme le Constrictor. (146/147).

Black Crow.

Ou pire encore: Le Porc-épic (140/141)

Oui, le même Porc-épic qui se tuera en tombant accidentellement sur l’une de ses propres épines.  Même ce gars-là est capable de battre Nomad.  

Comme si ça ne suffisait pas: Vous savez, la fille qui a paralysé Nomad en l’embrassant?  Elle travaillait pour le Crâne Rouge.  Elle l’a hypnotisé, lui donnant l’ordre d’empoisonner Cap avec une drogue qui lui redonnera son âge véritable.   ET IL L’A FAIT!

Dernière chose qu’on le voit faire avant que Héritage cesse de publier la série:  S’apprêter à se battre pour sauver Cap, pour finalement juste laisser faire.


Cette image d’incompétence, de faiblesse, de stupidité, de naïveté, de trahison et de lâcheté, ce sera la dernière que les lecteurs des comics Héritage garderont de lui, puisque Capitaine America cessera d’être publié avant que Nomad ait le temps de prendre du mieux.

BIENTÔT: Que sont-ils devenus, 2e partie: La période post-Héritage.  Parce que oui, même si Héritage arrête, Marvel continue. 

J’ai bien aimé reprendre mes articles sur les comics des Édition Héritage, mais ça demande beaucoup de temps à produire, et il faut vraiment que je retourne travailler sur mon projet d’album La Clique Vidéo, qui est une commande pour le Festival de BD de Québec, et qui vient avec une date de tombée. Par conséquent, les 2 suites (Ouais, y’aura 4 articles sur le sujet, finalement) ne seront probablement pas avant 2018. Merci de votre patience et désolé pour les délais.

Publicités

A propos Steve Requin

Auteur, blogueur, illustrateur, philosophe amateur et concierge de profession.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s